mardi 2 avril 2013

Chronique du haut de la Palissade : de l'autre côté de la Montagne

Le 29 mars, un article paru dans notre brave canard boiteux était intitulé : "Lapalisse défend son Lycée". Certes, et bien que la messe soit déjà dite, se mobiliser pour sauver le LPA Antoine-Brun est une cause que l'on ne peut aucunement mépriser, mais il est temps de rétablir la vérité et de corriger la vision déformée qui est développée par les Montagneux. Sur les 200 à 250 personnes qui ont défilé jeudi dernier dans les rues de notre ville, combien y avait-il réellement de Lapalissois ? Guère plus d'une poignée, si l'on retranche nos élus et le personnel du LPA résidant sur les bords de Besbre. La plupart des Lapalissois assistent en spectateurs aux derniers jours de cet établissement qu'ils ont toujours ignoré au point de continuer parfois à l'appeler "L'Ecole ménagère". On a même pu relever dans les colonnes de l'ineffable presse-patate locale les propos de certains défenseurs du LPA avançant le fait que sa fermeture serait fatale à l'équilibre du commerce lapalissois. En vérité, très peu de nos commerçants et de nos artisans travaillent de façon régulière avec cette structure. Alors que le Président de la Com com était absent jeudi des rangs de cette manifestation, le Maire de Lapalisse semble le plus engagé dans la défense de cet établissement. Certains parlerons de courage, je préfère parler de capitalisation émotive. Notons au passage que les électeurs de 2014 ne se recruteront pas dans les rangs des manifestants de jeudi dernier. Bref, le Maire de Lapalisse est désormais celui qui a le plus à perdre dans cette affaire. Ce combat laissera à coup sûr des traces dans la Gauche locale qui se lézarde de plus en plus. La seule question qui vaille est désormais de savoir comment va s'opérer la reconversion des locaux bientôt vides du Lycée Antoine-Brun. Aucun candidat à la prochaine élection municipale ne pourra faire l'impasse sur ce thème !

S. HUG

Aucun commentaire :