samedi 26 janvier 2013

Les douze moulins du Barbenan (Arfeuilles)

Avec plus de 3 500 habitants à la fin du XIXe siècle, la commune d'Arfeuilles possédait un poids démographique particulièrement important. A cette époque, la montagne était encore un monde plein. Dans cet espace découpé où le granit domine, la moindre parcelle fertile était alors appelée à porter des céréales qui constituaient la pierre angulaire d'une économie rurale qui répondait péniblement aux sollicitations d'une population en pleine expansion.  Cette économie rurale était dominée par le foirail, le marché et le moulin, trinité des amours, des haines et des jalousies paysannes. A Arfeuilles, alors que la commune compta jusqu'à quatorze moulins (Cadastre de 1829), douze d'entre eux jalonnaient le fil du Barbenan : Epalle, Goutaudier, Pont-du-Chat, Le Mas, Gaucher, Chavroche, La Côte, Beaulieu, Le Grand Moulin Arfeuilles, Larose, Les Egaux et Talon. Passée la Belle Epoque, Arfeuilles fut frappé par une puissante dépression démographique qui porta la population de la commune à 1 946 habitants en 1946. Si l'on ajoute à cela la réorganisation de l'industrie minotière autour de gros pôles utilisant désormais l'énergie électrique et le développement du transport routier, on comprend facilement pour quelles raisons seuls deux des douze moulins du Barbenan arfeuillat continuèrent leur activité jusqu'à la fin des années 1960. 

Moulin du Mas
Le Moulin des Egaux
Le Moulin Beaulieu
Le Grand Moulin d'Arfeuilles

mercredi 23 janvier 2013

Les brèves du Père Besbre : l'année avait à peine dix jours...


Dans La Montagne de vendredi dernier, le Maire de Lapalisse avançait un brillant commentaire sur les estimations de population publiée par l'INSEE. Selon les statisticiens nationaux, Lapalisse continuerait à perdre des habitants avec désormais 3150 âmes. Le premier édile de la ville, s'appuyant sur le marché immobilier (une première en terme d'analyse démographique !) estime pour sa part que Lapalisse regagne des habitants. Soyons précis et complet : le marché immobilier peut refléter le sens du solde migratoire qui est en effet positif (plus d'arrivées que de départs), en revanche, élément qui est passé sous silence, le solde naturel (fort vieillissement de la population, peu de naissances) continue à afficher un tel déficit qu'au final Lapalisse perd inexorablement des habitants même si le mouvement semble se tasser.

S. HUG

samedi 19 janvier 2013

Rencontre avec celles et ceux qui font le Bourbonnais : Yannick Cauret, ardent promoteur de l'Egalité pour Tous


En septembre dernier, j'avais signé dans les colonnes de La Semaine de l'Allier une chronique défendant le Mariage pour Tous. Au lendemain de la forte mobilisation des opposants à cette avancée sociale, il me semble nécessaire de donner la parole à ceux pour qui cette loi est une espérance. Rencontre avec Yannick Cauret qui a su se réaliser du côté de Vallon-en-Sully.

1- Pouvez-vous nous parler de votre parcours et de vos engagements dans la vie de votre commune, ainsi que de votre militantisme politique ?

En ce qui concerne ma vie privée : j'étais hétéro et depuis maintenant 7 ans, je suis homosexuel. Les femmes ne m'ont plus comblé au niveau amour et j'ai préféré ensuite les hommes. Je ne peux pas trop l'expliquer. J'ai un ami avec qui je me marierai si la loi passe. Dans la commune où j'habite, je suis Président d'une association depuis 6 ans et je donne de mon temps quand je le peux à d'autres associations. Par exemple, je suis animateur lors des manifestations locales pour le téléthon. Mon militantisme politique (c'est un bien grand mot à mes yeux) est apparu l'année dernière en mai 2012. J'en avais marre de 5 années de Sarkozysme et pour moi, Hollande était le seul à pouvoir créer du changement. Sinon en son temps, j'étais chiraquien et je continue d'apprécier Jacques Chirac pour son côté humain.

2- Comment votre vie amoureuse est-elle perçue dans ce milieu rural qui est votre cadre de vie ? 

Dans ma petite ville, les gens ont appris mon orientation sexuelle et cela s'est fait normalement. Il y a bien sûr des personnes qui ne doivent pas accepter mais je n'ai jamais eu de réflexion par devant concernant mon homosexualité. Les gens me perçoivent plus en tant que quelqu'un d'impliqué dans la vie de ma commune que comme homosexuel.

3- Quels sont vos arguments pour assurer la défense du Mariage Pour Tous ?

Mes arguments pour la défense pour le mariage pour tous tiennent en la devise de la France : Liberté - Egalité et Fraternité. Je ne vois pas pourquoi un couple homosexuel n'aurait pas le droit de se marier. Ce couple s'aime et veut prouver son amour par cet acte symbolique qu'est le mariage civil. Il veut être reconnu comme couple à part entière pour l'Etat Civil. Liberté de s'aimer et de se marier pour Tous. Egalité des droits pour Tous. Fraternité : la société française doit évoluer et ne pas stagner ou même faire un pas en arrière donc tous ensemble, il faut la faire avancer. La loi aurait dû passer sans ces débats, ces manifestations. Il y a d'autres lois plus importantes qui mériteraient débats. 


4- Identifiez-vous forcément le refus du Mariage pour Tous et de la PMA comme un réflexe archaïsant développé par une sorte de "vieille France" ?

Le refus du mariage pour tous et la PMA par certains est le fait que ces personnes là n'ont pas d'ouverture d'esprit et ne font pas preuve de tolérance bien qu'ils disent qu'ils n'ont rien contre les homosexuels. Ces gens ont peur de ce monde qui est en pleine mutation et est en train de changer et cette peur les rend méfiants et méchants. La France ne doit pas rester à la traîne alors que d'autres pays ont adopté cette loi. Des pays tels que l'Espagne qui est très catholique, où se trouve encore un roi. Alors la France qui est un pays démocratique se doit de montrer l'exemple même si pour le coup, elle ne le montre pas puisque d'autres pays ont adopté la loi avant elle.

5- Quelles sont les autres conquêtes qui doivent être, selon vous, menées par la communauté gay française ? 

Déjà je pense avant de mener d'autres conquêtes, il faut obtenir que la loi pour le mariage pour tous et l'adoption des enfants par des couples de même sexe passe après on verra. De plus, je n'aime pas le mot "communauté" qui enferme les gays dans un clan. Non il n'y a pas de clan gay, ni de lobby gay. Tous les gays ne sont pas rassemblés au sein d'une association.



6- Vous ne vous rattachez pas forcément au terme de "communauté gay", mais vous reconnaissez-vous au travers d'une culture gay qui elle existe bien ? 

Je ne me reconnais pas à travers une culture gay qui existe elle. Cette culture gay, on la retrouve plus sur Paris dans le Marais. En province et en particulier dans le milieu rural, la plupart des homosexuels ne montrent pas leur orientation sexuelle. Si je suis accepté comme homosexuel, c'est justement que je ne le parais pas. On pourrait me prendre pour un hétéro.

samedi 12 janvier 2013

Sur l'agenda de PALICIA

Découvrez le parcours de Jean Charasse, artiste originaire de Lapalisse, sur Palicia.

vendredi 11 janvier 2013

L'ultime Pot de Terre vient de sortir






Le mensuel satirique LE POT DE TERRE tire sa révérence. Retrouvez-le, dès à présent à l'espace Presse de l'Intermarché lapalissois et découvrez dans ses colonnes une Chronique du haut de la Palissade inédite !

mardi 1 janvier 2013

La biaude et le sarau


Le folklore a souvent fixé dans nos esprits une image relativement éloignée des réalités rurales d'autrefois. L'exemple du Bourbonnais est à ce titre édifiant. La vision bucolique véhiculée à partir des années 1860 par le costume féminin et son chapeau à deux bonjours, ainsi que par le costume masculin fait de gros velours (image du haut), ne témoigne que de façon imparfaite des habits quotidiens des paysans bourbonnais. Ces costumes sont tout simplement nés de l'adaptation et de la diffusion d'étoffes et de coupes bourgeoises dans nos campagnes. En fait, à la fin du XIXe siècle, alors que la biaude (longue blouse) était la  principale pièce vestimentaire du paysan bourbonnais, le sarau (long tablier) et le capuchon de laine caractérisaient la tenue de nos paysannnes. 


S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com