dimanche 30 mars 2014

Record départemental pour Lapalisse : bravo Messieurs les Radicaux !

Avec 55.27 % d'abstention et de votes blancs et nuls cumulés, Lapalisse décroche le record départemental du dégoût politique : un boulet que les Radicaux ne sont pas au bout de traîner devant leur totem du haut de la ville. Si l'on ajoute à cela la déroute de Pommeray à Vichy, il y a bien quelques chose de pourri en Radicalie. De lapins gris du Bourbonnais en verres de l'amitié (comme ils disent), Charasse n'est pas au bout de serrer des mains, de courir les foires et marchés et d'avaler des parts de galettes des rois. 

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

Le Musée de la Ballonnière à Moisson (Yvelines)

Site du Musée de la Ballonnière

Venez découvrir le nouveau site du Musée de la Ballonnière de Moisson (Yvelines) qui retrace notamment l'aventure des ateliers Lebaudy d'où sortit le célèbre République fleuron des Manoeuvres d'automne de 1909 à Lapalisse. 

S. HUG



samedi 29 mars 2014

Jean Bélisaire Moreau (1828-1899), architecte de l'église de Lapalisse

-

Edifiée entre 1895 et 1897, l'église Saint-Jean-Baptiste de Lapalisse doit son architecture néo-romane à Jean-Bélisaire Moreau
-
Jean-Bélisaire Moreau débuta sa carrière d'architecte en 1852 par la restauration du château de Saint-Aignan dans le Loir-et-Cher. En 1854, il fut nommé inspecteur des travaux d'agrandissement de la cathédrale de Moulins. Travaillant de concert avec Viollet-le-Duc, J-B Moreau acquit une belle renommée dans tout le centre de la France. Il restaura plusieurs châteaux du département de l'Allier dont ceux d'Avrilly, de Busset et de Lapalisse où, entre 1875 et 1895, il travailla sur l'architecture de la Tour Marquise, dota la chapelle d'une flèche et édifia une porterie néo-gothique à l'entrée du parc. J-B Moreau dessina également les plans des châteaux bourbonnais de Contresol, des Gouttes, de Chazeuil, de Dreuille, d'Agouges, des Plantais, de Paray-le-Frésil... En 1879, il fut enfin nommé inspecteur des travaux diocésains de Moulins et présida ainsi jusqu'à la fin de sa vie à la construction de trente-huit églises dont celles de Lapalisse, du Mayet-de-Montagne, de Montvicq, de Laprugne...

-


Buste de Jean-Bélisaire Moreau
(cimetière de Paris à Moulins - cliché Philippe Landru)



Tombe de Jean-Bélisaire Moreau au cimetière de Paris à Moulins


(cliché Philippe Landru)


A consulter : le site de Philippe Landru sur les cimetières de France et d'ailleurs


S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

dimanche 23 mars 2014

Dernière minute : l'équipe municipale la plus mal élue de l'histoire récente de Lapalisse.

Les résultats du 1er tour des municipales de Lapalisse viennent de tomber. Certes, la liste menée par Jacques de Chabannes est élue, mais de quelle façon : 42 % d'abstention, 22,77 % de bulletins blancs ou nuls, ce qui fait au final que la Liste Agir Ensemble pour Lapalisse n'a été "plébiscitée" que par 44,73 % des électeurs et électrices lapalissois inscrits sur les listes électorales. 
Il s'agit du plus mauvais résultat enregistré lors d'une élection municipale dans l'histoire récente de Lapalisse. N'oublions pas que nous étions face à une liste unique qui revendiquait l'étiquette "d'Union" qui, dès ce soir, va être difficile à porter. 
Pour rappel, au premier tour des élections de 1965, le taux d'abstention dans notre ville avait été de 22 % (une seule liste en présence conduite par Lucien Colon), en 1971, 18,62 %, en 1977 (deux listes), 18,72 %, en 1983, 12,91 %, en 1988 (4 décembre à la suite de la démission de François Grèze, deux listes, mais sans la présence de la Droite) 31,90 % et 20,36 de blancs et nuls, en 1989 (deux listes), 15,12 %, en 1995 (deux listes), 21,95 %, en 2001 (deux listes), 30,23 % et, enfin, en 2008 (deux listes), 26,8 %. 

L'analyse est simple. Ce désintérêt populaire sanctionne un bilan bileux, un programme vide, l'absence d'une campagne digne de ce nom, un casting plus que décevant et des questions toujours sans réponses... La lutte continue ! 

S. HUG


jeudi 20 mars 2014

Municipales 2014 : Jacques et le haricot magique (suite... mais pas fin !)

Bienheureux les fortunés qui s'ignorent. Lapalissois, vous êtes des nantis et des veinards sans le savoir ! En effet, dans un article digne des plus belles heures de la Pravda, la presse-patates locale a relayé, dans son édition du 8 mars, la parole de Jacques de Chabannes. On y apprend, tenez vous bien, qu'au terme de son mandat "la fiscalité pèse moins sur les ménages" et que nous assistons à une " stabilisation de la situation des commerces et de l'artisanat, voire une amélioration". Quand au tourisme local, il va de mieux en mieux. Quelle pantalonade ! Le Maire de Lapalisse, qui a autant d'esprit économique qu'un petit-bourgeois s'enmitoufflant pour aller à un congrès du MEDEF de peur d'y attraper froid, nous fait donc part, sans aucune vergogne, de ses analyses conjoncturelles. La réalité est tout autre que celle présentée dans les colonnes de "La Mentagne"
En ce qui concerne, la fiscalité locale, la part communale n'a cessé d'augmenter depuis 2008 comme le montre  les deux courbes suivantes (source Ministère des Finances et du Budget - visible sur le site proxiti.info) :



Pour ce qui est de la baisse de la pression fiscale, il faudra donc repasser.

En ce qui concerne la dette de la commune de Lapalisse, certes nous sommes sur le chemin d'un désendettement mais les observateurs notent que cet effort avaient été engagé bien avant 2008. Depuis cette date, le désendettement de Lapalisse a tendance à se ralentir (- 2,95 % entre 2008 et 2012 contre - 9,12 % en moyenne pour les villes de taille comparable en France métropolitaine). 


Passons maintenant au dossier du commerce local et de l'artisanat. Au lieu des huit cellules vacantes dont parle Monsieur le Maire, un rapide tour d'horizon en ville permet d'en recenser en fait une douzaine... Quatorze cellules ont rouvert, certes, mais combien atteignent le cap des douze mois de survie ? En fait, le commerce lapalissois souffre terriblement (parce qu'il repose sur  une consommation locale elle-même en berne) et la municipalité n'a développé aucune politique en sa faveur. Preuve en est : aucun commerçant ne figure sur la liste soit disant d'Union. N'hésitez pas à en parler avec vos commerçants, vous pourrez ainsi mesurer leur opinion. En matière économique, n'oublions pas également le départ des Etablissements André-Espaces Verts (une trentaine d'emplois perdus), des Etablissements Charrondière (une vingtaine d'emplois également perdus), sans compter les quelques emplois liés au service de l'ancien LPA Antoine-Brun qui pourtant, il y a encore un an étaient présentés comme vitaux pour le commerce local : quelle force de résilience ! Décidément, le discours minicipal est d'une dissonance édifiante. 
Finissons par évoquer le tourisme local qui lui aussi, selon le Maire de notre ville se porte bien, alors que tous les bons observateurs de la vie lapalissoise on noté une baisse de la fréquentation depuis deux étés. Inutile de masquer la réalité en intégrant les flux temporaires générés tous les deux ans par les Embouteillages de la Nationale 7 : Lapalisse attire de moins en moins les estivants. 

S. HUG 

mercredi 19 mars 2014

Municipales 2014 : du creux sur du vide

Nous y sommes : le programme de la Liste Agir Ensemble pour Lapalisse est désormais connu. Tout le monde comprend maintenant pour quelle raison le silence autour de celui-ci avait été gardé aussi longtemps : son indigence condamne ses rédacteurs et ses promoteurs à cheminer dans l'ombre de la honte . En effet, comment peut-on parler d'un véritable programme tant son contenu est affligeant. Il s'agit plutôt d'une liste de bonnes résolutions griffonnée sur le coin d'une table au coeur de palabres villageois ou chacun observe son voisin de crainte d'y voir un ennemi. Car, voyez-vous, la soi-disant union n'est qu'une façade. Mais ne soyons pas trop durs avec eux, ils ont au moins l'honnêté de se montrer visionnaires au travers de leur communication : le panneau LAPALISSE se casse déjà la figure et tous ces braves gens posent déjà sous un pont. Quelles images annonciatrices pour les six années à venir !
Sinon, aucun projet précis concernant l'ancien LPA ainsi que le développement économique et touristique de notre ville. Rajoutons à cela, un voeu pieu formulé au sujet du Comité des Fêtes, l'idée vague et informe des "Nouvelles populations" et, oh merveille !, un "élu réferent à l'écoute de la jeunesse" et des "comités de quartiers", histoire de se donner une teinture démocratique. Et puis, un gros sujet d'inquiétude... rien sur les perspectives fiscales pesant sur notre commune. Bref, ils auraient voulu décourager les gens de croire en l'action locale, ils ne s'y seraient pas pris autrement. 

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com


samedi 15 mars 2014

Municipales 2014 : Jacques court à reculons sur le haricot magique

Nous assistons à la campagne électorale la plus courte et la plus pauvre de l'histoire récente de notre ville. Déjà que le casting de la future équipe municipale est d'une insigne pauvreté et que son programme n'est toujours pas connu, voici que les membres de la Liste Agir pour Lapalisse sont d'une discrétion qui en dit long sur leur niveau d'investissement à venir . Aucune présence dans les allées du marché hebdomadaire, aucune rencontre avec la population : quel manque de politesse ! Cette attitude déplorable n'est que l'aboutissement d'une communication digne du temps des canotiers et chapeaux mous. En effet, cette liste n'a jamais fait l'effort démocratique de recueillir les attentes des Lapalissois.  La messe est donc dite, la Grenette sera le théâtre du requiem pour une ville que l'on oublie. 
Restons sur nos gardes, en aucun cas il ne faudra nous servir l'excuse de la crise et de la baisse des dotations de l'Etat pour justifier la présentation tardive d'un programme squelettique. En janvier 2011, lors d'une cérémonie des voeux dans la même Grenette, Jacques de Chabannes avait en effet déclaré que face à la crise "les élus ont l'obligation de faire mieux avec moins". 

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

lundi 10 mars 2014

Municipales 2014 : Jacques et le haricot magique

Le 20 mars, journée mondiale du conte, à 20 H 30, le Maire de Lapalisse présente sa liste et son programme à la Grenette :  réussira-t-il à faire prendre des vessies pour des lanternes ? 

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

vendredi 7 mars 2014

Municipales 2014 : l'abcès ne cesse d'enfler.

 A un peu plus de quinze jours du premier tour des municipales, Lapalisse attend toujours le programme du Maire sortant. Pour l'heure, vous le savez, aucun membre de la liste conduite par Jacques de Chabannes n'a eu le courage de venir répondre  à mes questions dans les colonnes de Palicia. Dans la plupart des villes de France, lorsqu'un premier magistrat brigue à nouveau le suffrage des électeurs, il se plie volontiers à un exercice de transparence démocratique ou alors il envoie son bras droit se faire les dents... Il faut donc croire que Lapalisse est encore, pour partie, plongée dans un passé qui n'en finit pas. Cependant, il est des silences qui en disent long. Nous venons en effet d'apprendre que la Liste Agir Ensemble à Lapalisse a les plus grandes peines du monde à construire son programme. Des idées... il n'y en a pas ! La tentation de recycler les projets de la Communauté de Communes y est d'ailleurs de plus en plus grande. Comme vous le savez, l'opinion publique lapalissoise juge durement la composition de cette Liste Agir Ensemble, beaucoup disent au comptoir du coin que Bernard Le Provost a dû se retourner dans sa tombe en la découvrant. Demain, dans les allées du marché, vous verrez que l'on parlera beaucoup d'abstention en vue du 23 mars. 

S. HUG

jeudi 6 mars 2014

Une page oubliée de l'histoire du château de La Palice sous l'Etat français




Article paru dans Le Matin, 15 novembre 1940 (visible sur Gallica)

Voici une nouvelle pièce à verser au dossier de l'Ecole des Cadres des Vignauds, l'organisation  et la chronologie exacte de ce lieu lié au Régime de Vichy est encore un chantier ouvert... l'enquête continue !

S. HUG