mercredi 29 mars 2017

Dernière minute : une décision du bureau de la Com com met le feu aux poudres

Tout dernièrement et en catimini, le Bureau restreint de la Com com a pris la décision d'attribuer l'usage du Stade communautaire du Châtelier au Rugby Club Lapalissois. De fait, le Pays de Lapalisse Football se retrouve sans structures capables d'accueillir les entraînements de ses catégories de jeunes. Aussi, le club formateur a décidé aujourd'hui de suspendre sine die les entraînements des U10 aux U16. Cette situation est intolérable, le candidat De Chabannes va-t-il oser s'engager dans un bras de fer ? Affaire à suivre...

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

mardi 28 mars 2017

Collection Patrimoine du Bourbonnais : le Débredinoire de Saint Menoux

Le "berdin" ou "bredin" désigne en Bourbonnais le simple d'esprit, celui que René Fallet faisait monter à Paris ou bien descendre les marches de l'église sous les ricanements des villageois du cru. Invariablement, dans le département de l'Allier, ce terme est associé au débredinoire de Saint-Menoux. 

Le débredinoire de Saint Menoux, avec le trou en demi-cercle permettant de "soulager" le simple d'esprit

Ce sarcophage mérovingien, ayant subi plusieurs aménagements, renferme encore quelques reliques de Saint Menulphe venu des îles britanniques et mort à Mailly-sur-Rose (actuel village de Saint-Menoux) au VIIe siècle. Selon la tradition, il suffirait d'introduire son chef à l'intérieur du tombeau pour recouvrer la plénitude de ses facultés mentales.Rappelons simplement que la psychiatrie est une spécialité extrêmement jeune qui ne remonte qu'au début du XIXe siècle et qui ne déboucha sur la mise au point d'une thérapeutique adaptée qu'un siècle plus tard. Pendant longtemps, les deux meilleurs traitements de la folie furent le verrou (permettant de garder et de se garder du fou ou du dément) et la prière (dans le cadre d'une société profondément chrétienne).
La vie et l'existence même de Menulphe est sujette à caution. Selon la tradition, cet irlandais aurait émigré en Bretagne où il serait devenu évêque de Quimper. De retour d'un pélerinage à Rome, Ménulphe fit une halte dans le bourg de Mailly où il réalisa quelques miracles et se lia d'amitié avec un simple d'esprit qui finit par recouvrer la raison. Par la suite, la trilogie reliques/pélerinage/lieu conventuel, si répandue dans la chrétienté, se mit en place à Mailly : le tombeau de Ménulphe attira de plus en plus de pélerins qui finirent par être accueillis dans une abbaye bénédictine fondée peu après l'an mil. Cette abbaye subsista jusqu'à la Révolution où elle fut démantelée et pillée en l'espace de quelques années. Seule, de nos jours, subsiste de l'ensemble abbatial originel l'église de Saint Menoux, classée Monument Historique dès 1840. 
Eglise de Saint-Menoux datant en grande partie du XIIe siècle
A consulter : Jean-Thomas Bruel, « Aux origines de l’abbaye de Saint-Menoux : Saints et reliques (VIeXIe siècles) », L’abbaye de Saint-Menoux, Art, Archéologie et Histoire, Moulins, Société bourbonnaise des études locales,‎




dimanche 19 mars 2017

Le 4 mai 1865, le savant anglais Henry Christy meurt dans une chambre de l'Hôtel de l'Ecu à Lapalisse.

Henry Christy est né le 26 juillet 1810 à Kingston-on-Thames, dans le sud de l'Angleterre. Il débuta sa carrière professionnelle dans la société de son père, fabricant de chapeaux à Londres, et devint par la suite directeur de la London Joint-Stock Bank. En 1830, Henry Christy entama une série de voyages, qui firent naître en lui un intérêt grandissant pour les études ethnologiques. Encouragé par ce qu'il avait vu à la Grande Exposition de 1851, il consacra le reste de sa vie à voyager sans cesse et à réunir une vaste collection consacrée à l'histoire primitive de l'humanité et qui est aujourd'hui rassemblée au Bristish Museum. Il voyagea notamment en Norvège, en Suède, au Danemark (1852-1853), à Cuba, au Mexique, aux Etats-Unis et au Canada (1856-1857).
En 1858, il rejoignit la Geological Society au moment même où les silex taillés découverts en France par Boucher de Perthes permirent d'envisager l'ancienneté de l'Humanité. Christy, en compagnie de son ami Edouard Lartet, explora alors de nombreuses cavernes de la vallée de la Vézère en Dordogne. Les recherches qu'il finança permirent de découvrir l'homme de Cro-magnon en 1868, dans une caverne près des Eyzies.


Il mourut, le 4 mai 1865 dans une chambre de l'Hôtel de l'Ecu à Lapalisse, d'une inflammation des poumons à la suite d'un refroidissement sévère contracté pendant des opérations de fouilles près de notre ville. Il laissait un livre inachevé, Reliquiae Aquitanicae, réunissant ses contributions à l'archéologie et la paléontologie du Périgord et des régions voisines du Sud de la France. L'ouvrage fut publié en partie et terminé grâce à un legs de Christy, d'abord par Édouard Lartet puis, après sa mort en 1870, par le professeur Rupert Jones.
Selon sa volonté, la magnifique collection archéologique de Christy fut léguée à la nation. En 1884, elle fut accueillie au British Museum.


Buste de Christy conservé au Bristish Museum

-


S. HUG
HUGSTEPHANE@aol.com

vendredi 10 mars 2017

Cinq propositions pour sauver le commerce et l'artisanat locaux

 En résonance à mon article précédent sur l'état actuel du commerce et de l'artisanat lapalissois, je vous livre aujourd'hui cinq éléments de réflexions permettant, à mon sens, de stopper dans un premier temps la descente aux enfers de ce pan très important de la vie économique locale. Certes la politique ne peu pas tout, mais elle peut constituer un puissant levier de changement. Faire preuve de volontarisme serait le meilleur signal à envoyer à des commerçants et des artisans locaux qui se sentent oubliés et trahis. Il est nécessaire de leur redonner envie de travailler ensemble. 
Nous l'avons bien compris, l'actuelle municipalité lapalissoise, qui considère au passage la Communauté de Communes comme sa "chasse gardée", est désespérante d'inaction. La seule union que le Maire de Lapalisse a été capable de nous proposer se résume à une simple addition d'incompétences. Il est urgent de réfléchir à la façon dont nous pouvons sauver le commerce et l'artisanat locaux afin de préparer en toute sérénité une bonne alternance. 


1- Recalibrer la Contribution Economique Territoriale au sein du Pays de Lapalisse afin de soutenir l'emploi.

2- Reprogrammer le marché hebdomadaire le samedi matin, désormais organisé autour d'un carré central dédié à  la promotion des activités artisanales et des productions locales (une mise en avant différente toutes les semaines printanières et estivales).

3- Retravailler le plan de circulation et de stationnement à l'intérieur de la ville (notamment avenue Roosevelt et rue Churchill) afin de faciliter l'accessibilité des chalands.

4- Mettre en place d'un partenariat Commerçants-Comités Entreprises du Pays de Lapalisse devant déboucher sur la création de bons de réduction utilisables dans les commerces locaux.
 
5- Créer une SEML (Société Economique Mixte Locale) à but commercial devant gérer un ou deux camions aménagés (chaîne du froid) destinés à réaliser des "tournées" permettant de proposer à la clientèle du Pays de Lapalisse une gamme variée de produits rassemblés par les commerçants locaux (hors grandes surfaces). Ce principe de "tournées" pourrait être renforcé par un service de dépôt de commandes dans certaines communes et lieux-dits du Pays de Lapalisse. Il est nécessaire dans un tel projet de commencer par cartographier l'étendue et les besoins des zones de chalandise des différents commerces du Pays de Lapalisse afin de jouer la carte de la coopération, de la consolidation et non de la concurrence.  Ici, à la différence des propositions actuelles, ce type de projet est largement éligible à des aides du type FISAC.

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com