mercredi 26 février 2014

Municipales 2014 : rage dedans !

Tout le monde l'aura compris, M. Egal ne veut plus desserrer les dents. L'air du haut de la ville ne rend donc pas forcément libre. Il fut un temps où j'aurais volontiers pris un plaisir sans nom à faire fuir un dentiste devant la roulette populaire, mais en période électorale, plus que jamais, tout candidat a un devoir de transparence. Les velléités de débat ont donc tourné court. Prenons le parti qu'aucun colistier de la Liste du Maire sortant n'aura assez de cran pour venir porter sa vision de Lapalisse dans les colonnes de Palicia. 
Il est pourtant des questions qui mériteraient sans délai d'être abordées. On nous dit déjà que l'on compte attirer de nouvelles populations sur les bords de Besbre, mais tout laisse à penser que l'on se dirigerait alors vers le développement d'une "ville argentée", c'est-à-dire accueillant de plus en plus de seniors. Ce point mérite un éclaircissement rapide, puisque nous courons le risque de nous couper des jeunes générations, d'ailleurs curieusement oubliées dans la composition de la Liste Agir Ensemble pour Lapalisse. Ouvrons joyeusement les vannes : comment recréer et faire vivre un Comité des Fêtes ? est-il opportun de tout miser sur les Embouteillages dont les retombées à long terme sont extrêmement minimes ? comment peut-on réaliser les économies de fonctionnement nécessaires afin d'éviter la hausse des impôts locaux ? Peut-on espérer le retour d'un service public d'éducation ou de formation professionnelle (comme promis) dans les murs désormais vides de l'ancien LPA Antoine-Brun ? 
Et puis, reste le dossier du site de la Maison de Santé qui, à lui seul, peut expliquer bien des silences. La gestion de cette question s'est avérée plus calamiteuse que nous l'avions pensé. En effet, en juin 2011, un rapport d'étude géotechnique (dossier n° C.11.12042 - menée par la société Hydrogeotechnique Centre) a été rendu à la Communauté de Communes. Il y est clairement dit qu'entre 0.80 cm de profondeur et 2.30 m de profondeur il existe une couche de "sables graveleux noirs et des argiles limoneuses à graviers marron-gris-vert, avec des traces d'hydrocarbures" Le rapport pose d'ailleurs la question de la nature exacte de cette pollution sans pour autant y apporter une réponse faute de forages supplémentaires et donc des solutions techniques de résorption. Bref, nos élus connaissaient donc la vérité et qu'ont-il faits ? 

L'opinion publique lapalissoise n'est pas dupe, tout le monde s'attend à ce que la Liste Agir Ensemble pour Lapalisse n'apporte absolument rien à notre ville. La grogne monte et l'on évoque de plus en plus ouvertement la constitution d'une liste Bleu Marine : une première à Lapalisse ! Bravo les Radicaux !

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

samedi 22 février 2014

Municipales 2014 : Lettre ouverte à la population

Comme vous le savez, Palicia est un espace de liberté sous un ciel de plomb. Nous publions aujourd'hui dans nos colonnes, une lettre ouverte rédigée par M. Gérard Cussinet, actuel conseiller municipal de notre ville. Ce dernier revient sur les pratiques politiques qui ont cours à Lapalisse. 

LAPALISSOISES,  LAPALISSOIS,

      Je me tourne vers vous afin de souligner à quel point, certains conseillers municipaux de notre ville, élus en 2008, manquent aujourd’hui cruellement de consideration. En effet, le Maire sortant n’a pas daigné nous dire, les yeux dans les yeux, que certains d’entre nous ne seraient pas reconduits pour un nouveau mandat. Je fais partie de ceux-ci. Pendant six ans, j’ai essayé de défendre vos revendications au sein de ce conseil, sans succès,car la démocratie et la transparence y sont depuis longtemps réduites à la portion congrue.

Pour ce qui sera de votre avenir, Mesdames, Messieurs, ce ne sera que de belles promesses, avec beaucoup de réchauffé.

Je vous remercie, toutes et tous, pour la confiance que vous m’avez témoignée.

                        Un conseiller déçu
-


Pour contacter Gérard Cussinet : g.f.cussinet@free.fr

Sur l'agenda de PALICIA


Retrouvez la biographie du Baron Vitta sur Palicia, célèbre hôte du Breuil.

vendredi 21 février 2014

Rencontre avec celles et ceux qui font le Bourbonnais : Isabelle Juillard, candidate aux municipales à Domérat.

L'engagement politique et social de la domératoise Isabelle juillard avait déjà fait l'objet d'une e-interview sur Palicia en 2011. Trois ans plus tard, notre élue et blogueuse bourbonnaise conduit une liste "Nouvelle Voie - Domérat 2014" aux Municipales de mars prochain. Gros plan sur son positionnement, sa liste et ses analyses concernant la situation sociale actuelle. 



1- Quel est votre positionnement politique ? A-t-il changé depuis les dernières élections municipales ?

Je mène une liste UDI-UMP. Pour ma part, je suis encartée à l'UDI depuis un an environ après quelques années passées sans carte suite à ma grande déception concernant le MODEM qui nous rejoint aujourd'hui. Et puis, nous avons conclu un accord logique avec trois colistiers UMP.

2- Quelles évolutions sociales avez-vous ressenties à l'échelle locale ces dernières années ?

En ce qui concerne l'évolution de la société : vaste débat ! Je trouve évidemment que les gens se renferment un peu sur eux-mêmes, mais surtout ils en ont marre du discours de gauche. Solidarité, aide aux plus démunis, etc... Cela développe du coup une surenchère de la part de celui qui est le plus fragilisé ! Du genre : "Moi je travaille et je ne m'en tire pas quand même !" Les notions d'effort, de mérite sont devenues obsolètes, les anciens de gauche le déplorent ! Je suis confrontée dans mon travail (formation professionnelle) à des jeunes de plus en plus sans repères, sans éducation de base ! C'est de plus en plus impressionnant !

3- Avez-vous l'impression duque l'opinion est en train de se lasser de la politique et cherche à s'affranchir de ses élites politiques ?

Concernant l'intérêt des gens pour la politique, c'est idem ! Perte de repères ! Où est la droite, où est la gauche ? Que représentent-ils aujourd'hui ? Quelles sont les valeurs de la gauche et celles de droite ? Où sont nos différences ? On voit bien avec le Président actuel la confusion des genres entre sa campagne, ses discours et la réalité ! Du coup, on peut imaginer un ras-le-bol et une envie de sanctionner ou de voter diféremment mais qu'en sera-t-il vraiment ? Difficile de savoir ? Les Municipales restent l'élection favorite de la population.

4- Pouvez-vous nous parler de votre liste et des gens la composant ?

Notre liste est composée d'une majorité de quadra-quinqagénaires, salariés de la fonction publique, hospitalière, personnels civils de la gendarmerie et bien sûr des retraités. Nous avons deux représentants de la formation professionnelle, moi-même et mon deuxième colistier. Nous avons également trois mamans célibataires qui représentent bien le combat quotidien pour nourrir leur famille, assurer le quotidien et les difficultés de tout assumer ! 29 colistiers pour une commune de 9027 habitants ! Les différents quartiers de la commune sont bien représentés, le milieu associatif aussi.

5- jugez-vous votre message politique de 2014 profondément différent de celui de 2008 ? Quels axes nouveaux sont apparus ?

Ce qui, à mon avis, s'est modifié depuis 2008 c'est la notion d'économies à faire. il me semble qu'il est important, au vue des baisses très importantes des dotations de l'Etat, de proposer des réflexions autour des économies possibles et de ne pas partir sur des délires de financement ! D'ailleurs les gens nous le font bien remarquer, ils guettent les dépenses municipales superflues en terme d'électricité, de subventions données, de coûts de fonctionnement...


Pour consulter le site d'Isabelle Juillard http://nouvellevoiedomerat.1s.fr/
-
Pour écrire à Isabelle Juillard : i.juillard@laposte.net

dimanche 16 février 2014

26 septembre 1798 : le dernier loup lapalissois est abattu

Planche tirée de l'Histoire naturelle de Buffon, 36 volumes (1749-1789)

Le retour du loup en France, dans le Mercantour en 1992, a provoqué une sorte d'écrasement temporel, un peu comme si, tout d'un coup, la dimension fantastique de nos fables venait frapper à la porte de nos certitudes. Passé l'an 2000, des historiens ruralistes, notamment menés par le caennais Jean-Marc Moriceau, ont fait du loup, animal imaginaire et pourtant bien réel, un étonnant objet d'études permettant de comparer, par delà les siècles, les réactions collectives face à ce totem sauvage. Depuis bien longtemps, je me demandais à quelle date le dernier loup fut tué sur le territoire de Lapalisse. Des battues étaient mentionnées dans les archives départementales de l'Allier (série L) dans les années 1795-1798, au-delà, plus rien. C'est finalement, en compulsant la thèse de François de Beaufort, L'écologie historique du loup, canis lupus, en France, soutenue devant l'Université de Rennes en 1988, que le point d'orgue de la traque du loup sur la commune de Lapalisse est apparue avec netteté. Ce fut non loin des Brossards, le 26 septembre 1798, que le dernier loup lapalissois fut abattu. 

S. HUG




jeudi 13 février 2014

Dernière minute : échec de l'union

Le Maire de notre ville vient aujourd'hui de rendre public sa liste (ci-dessous) pour les municipales de mars prochain. La stratégie d'union prônée depuis plusieurs semaines est demeurée une vue de l'esprit, la droite lapalissoise n'a pas voulu se compromettre. Mais le meilleur reste à venir : le programme... 

1. Jacques de Chabannes, 52 ans, maire sortant ; - 2. Maria Lesme, 59 ans, adjoint sortant ; - 3. Alain Egal , 67 ans, conseiller sortant ; - 4. Annie Minard de Chabannes, 50 ans, conseillère sortant ; - 5. Jean-Marc Bruniau, 49 ans, adjoint sortant ; - 6. Patricia Duperroux , 58 ans ; - 7. Cyril Valero , 39 ans ; - 8. Nicole Aubin, 60 ans ; - 9. Philippe Fumoux, 41 ans, conseiller sortant ; - 10. Céline Desmard, 32 ans ; - 11. Gérard Bouchet, 56 ans, adjoint sortant ; - 12. Fabienne Bouillet, 54 ans ; - 13. Daniel Machuret, 71 ans, conseiller sortant ; - 14. Isabelle Périchon , 48 ans ; - 15. Christian Husson, 45 ans ; - 16. Mauricette Savey, 67 ans ; - 17. Marc Talabard, 51 ans, conseiller sortant ; - 18. Stéphanie Chervin, 34 ans ; - 19. Jérôme Boutonnat, 39 ans, conseiller sortant ; - 20. Julie Ferreira, 31 ans ; - 21. Philippe Ferbos, 61 ans ; - 22. Valérie Merle, 43 ans ; - 23. Jean Ganther , 57 ans.

S. HUG 

mardi 4 février 2014

Claude-Marie Duguest (1588 La Palisse - 1629 Autun), religieuse visitandine

-
Dans l'histoire du catholicisme français, le XVIIe siècle est traditionnellement présenté comme le "Siècle des Saints". Marqué par l'ardeur du Concile de Trente, ce siècle fut dominé par les figures de Monsieur Vincent, de Saint François-Régis ou de Sainte Jeanne de Chantal qui créa en 1610, avec l'aide de Saint François de Sales, l'ordre de la Visitation. Cet ordre féminin, non astreint à un voeu de clôture, se fixa comme principal objectif de visiter les malades et les indigents afin de réaliser des oeuvres pieuses. 

Parmi les premières visitandines bourbonnaises figure Claude-Marie Duguest. Les Duguest, bourgeois de La Palisse, possèdaient au XVIe siècle de nombreux biens dans les paroisses environnantes. En parallèle, les Duguest exerçaientt des offices seigneuriaux pour le compte des La Guiche. Ainsi, Lionnet Dugué (ou Duguest), propriétaire du terroir des Moulins (Lubié) et du domaine des Vignault, faisait fonction de procureur de la seigneurie de La Palisse (Archives de l'Allier, série E, titres féodaux). Orpheline très tôt, Claude-Marie Duguest fut mariée à l'âge de treize ans. Veuve à quatorze ans, elle refusa de se remarier et consacra sa vie aux oeuvres charitables, notamment dans le cadre de l'ancien Hostel-Dieu de La Palisse qui se situait encore, en 1600, rue Notre-Dame. Mais désirant aller plus loin dans sa quête mystique, Claude-Marie Duguest décida de prendre l'habit et entra en 1621, vers l'âge de trente-trois ans, au monastère de la Visitation Sainte-Marie de Moulins fondé en 1616 par Jeanne de Chantal. Rentrée comme simple soeur domestique, Claude-Marie Duguest montra une "dévotion où la charité et la douceur reluisaient en toutes ses actions." (1)


Dès novembre 1624, Claude-Marie Duguest participa, à Autun à la fondation du dix-neuvième couvent de l'Ordre, où elle prit place aux côtés de la première Supérieure, Soeur Marie-Hélène de Chastellux, professe de Moulins. Elle faisait ainsi partie des six premières religieuses chargées de seconder la Supérieure dans son oeuvre fondatrice : "Sa grande vertu et ses bons talents furent causes que notre très chère soeur Marie-Hélène de Chastellux, allant faire la fondation d'Autun, l'y conduisit avec elle, la mettant au rang des Soeurs associées, ce qui fut, à cette chère âme, un nouveau sujet de s'humilier. Elle regrettait plus la perte de son voile blanc qu'un avare celle de son trésor." (2)


Vue de l'ancien couvent des Visitandines d'Autun


Soeur Claude-Marie Duguest qui fut durant ses années de profession monastique une religieuse visitandine suivant à la lettre la mystique salésienne, apporta toujours avec une totale dévotion, aide et soutien aux pauvres, aux malades et aux vieillards du pays autunois. Cependant, Claude-Marie Duguest dut très vite lutter contre les affres d'une cruelle maladie. :"Elle fut affligée d'un ulcère incurable dans les entrailles et après cela, de deux cancers à la poitrine, maladie qu'elle a portée avec un courage si admirable, qu'elle l'a célée dix-huit mois sans que la Communauté s'en soit aperçu et sans cesser de travailler à toutes les grosses besognes." (3)
_
Eglise Saint-Jean-Baptiste de Lapalisse
vitrail de Sainte-Jeanne-de-Chantal - XIXe siècle 
_
D'ailleurs, dans une pièce de correspondance de Sainte-Jeanne-de-Chantal adressée à la Mère supérieure de Chastellux, nous pouvons lire à son propos l'affectueuse pensée suivante :
"Je suis certes, en compassion du mal de ma pauvvre soeur Claude-Marie, mais elle est bien heureuse d'avoir un mal qui lui fournit tant d'occasion pour enrichir des plus préciseuses vertus que se puissent pratiquer en cette vie." (4)
Claude-Marie DUGUEST s'éteignit en 1629 dans son monastère d'Autun.

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com
________
(1)- Année sainte des Religieuses de la Visitation Sainte-Marie, Tome VII, juillet 1869, p. 244. Abbé L.C Berry, Les monastères de la Visitation Sainte-Marie dans le diocèse d'Autun, Imprimerie de Dejussieu, Autun, 1895, p. 5.
(2)- Idem
(3)- Année sainte des Religieuses de la Visitation Sainte-Marie, Tome VII, p. 244-245.
(4)- Sainte-Jeanne-de-Chantal : correspondance, Tome III, 1996, Centre d'Etudes franco-italien des Universités de Turin et de Savoie.