mardi 21 octobre 2014

La gare d'Isserpent


De 1906 à 1939, Isserpent posséda une gare sur le tracé de la ligne de chemin de fer économique de Lapalisse au Mayet-de-Montagne. Le projet de cette ligne, en discussion dès 1882, prenait place dans le fameux Plan Freycinet qui avait pour but de doter la France de l'époque d'un solide réseau de chemin de fer secondaire permettant à chaque chef-lieu de canton d'avoir sa propre gare. Il fallut néanmoins attendre 1899 pour que des études furent lancées par le Conseil Général du département de l'Allier et 1902 pour voir signer le protocole de concession. A l'origine, on prévoyait que la station soit construite à La Chalée ou à Cazot, lieux-dits éloignés de plus de trois kilomètres du bourg. Finalement, le site retenu ne fut distant que d'un kilomètre et demi. La mise en service eut lieu le 1er août 1906. Le trajet Lapalisse-Isserpent ne durait que 25 minutes, puis, en une bonne demie heure, les voyageurs pouvaient continuer jusqu'au Mayet. 
Alors que des automotrices furent mises en service après la Grande Guerre, la ligne commença à être fortement concurrencée par des entreprises locales d'autocars reliant Arfeuilles-Isserpent-Le Breuil-Saint-Christophe-Vichy ou bien encore Châtel-Montagne-Isserpent-Le Breuil Lapalisse. Largement déficitaire, la ligne Lapalisse-Le Mayet fut fermée le 14 juin 1939.

S. HUG

HUGSTEPHANE@aol.com

mercredi 1 octobre 2014

La survie du marché hebdomadaire lapalissois va se jouer dans les mois à venir

Le constat est sans appel : le marché du jeudi n'est plus que l'ombre de ce qu'il fut et de ce qu'il était il y a encore une quinzaine d'années. Ses allées sont de plus en plus désertes, le chiffre d'affaires des marchands non sédentaires ne cesse de baisser et depuis le début de l'année cette tendance ne fait qu'amplifier. Si l'on ajoute à cela que les retombées du jour de marché pour les commerces locaux sont également de plus en plus minces, il y a incontestablement péril en la demeure. Sans une réaction rapide, la survie de notre marché est plus qu'hypothéquer. Mais comment espérer une prise de décision de la part d'une municipalité repliée sur elle-même, incapable de trancher quel que soit le dossier et tétanisée par l'avenir. La seule solution possible pour redynamiser le marché hebdomadaire lapalissois est d'envisager sa tenue en week-end, soit le samedi matin, soit le dimanche matin afin d'augmenter le nombre des chalands. De nombreux marchands non sédentaires ont d'ores et déjà émis ce voeu. Aussi, pendant un mois, à partir d'aujourd'hui, nous vous proposons de participer sur PALICIA à une enquête d'opinion sur ce thème. Il est nécessaire de faire pression sur la municipalité afin de sauver notre marché. 

S. HUG