mardi 31 janvier 2017

In Mémoriam : Claude Tain vient de nous quitter


Claude Tain vient de nous quitter à Nantes à l'âge de 63 ans, ville dans laquelle, ce passionné de littérature avait ouvert une bouquinerie il y a quelques années. Originaire de Moulins, Claude Tain fit ses études à Banville avant de gagner l'Université de Tours d'où il sortit diplômé en urbanisme en 1975. Animateur à l'ARIM Auvergne entre 1976 et 1992, Claude Tain marqua la vie lapalissoise de 1980 à 1992. Il contribua en effet dans le cadre de son mandat professionnel à l'amélioration de nombreux domiciles de notre ville et du pays lapalissois. Mais n'oublions pas que ce passionné d'histoire locale et d'action culturelle fut à l'origine du Journal Info Trente et des Rencontres Photographiques de Lapalisse qui permirent de faire venir des grands noms tels que Willy Ronis, Christian Louis et Jean-loup Sieff. Claude Tain demeura un amoureux inconditionnel du Bourbonnais, resté curieux de l'évolution de sa Cité des bords de Besbre. 

S. HUG

samedi 28 janvier 2017

Le festival du rire continue à Lapalisse : le chiffre du jour est le 20

Sortez vos stylos et vos bloc-notes !
La fameuse séance du Conseil Communautaire du 1er décembre 2016 n'en finit plus d'alimenter les débats locaux. Un nouveau rebondissement est à lire dans le compte-rendu du dernier Conseil communautaire. Après avoir été 23 à participer au vote du projet de convention de location entre la SCP du Château de La Palice et la Communauté de Communes (version du 5 décembre), puis, 21 votants (version du 15 décembre), désormais, la nouvelle version fait état de 20 votants à la question numéro 9 de l'ordre du jour du 1er décembre 2016. Un seul mot : RIDICULE ! Nos élus doivent se ressaisir et exposer la vérité des conditions de ce vote.

S. HUG



vendredi 27 janvier 2017

Les cachots du château de La Palice

La tour de Montpalein, coiffée d'une poivrière, abrita jusqu'à la Révolution les cachots seigneuriaux. Pour l'heure, un seul document d'archives parvenu jusqu'à nous mentionne ce lieu. Il s'agit d'un procès-verbal dressé devant notaire le 4 novembre 1755 (Archives Départementales de l'Allier E 206) qui fait état de réparations nécessaires (chambre du garde, salle d'armes, cachots, escaliers et grenier) estimées à 72 livres (maçonnerie, porte neuve, carrelage, main d'oeuvre). Inutile de fantasmer sur la justice médiévale et sur celle de l'Ancien Régime : les peines de prison étaient rares. L'enfermement carcéral était conservatoire et permettait d'attendre la tenue de son procès au terme d'instructions généralement rapides. De plus, dès les XIV-XVe siècles, les seigneurs haut-justiciers (à l'image de ceux de La Palice) furent peu à peu privés de leurs prérogatives en matière criminelle par les administrations ducale puis royale. La justice ancienne privilégiait en fait la médiation et les réparations pécuniaires. Seules les personnes insolvables ou mises de côté par la communauté des habitants, sans oublier bien entendu celles qui étaient étrangères à  celle-ci, étaient condamnées à de "réelles" peines de prison. La tour de Montpalein servit de prison seigneuriale jusqu'à la Révolution, puis de prison cantonale et d'arrondissement jusqu'en 1815.
S. HUG

HUGSEPHANE@aol.com

mardi 24 janvier 2017

Dernière minute : les fantômes de la Radicalie

En l'état actuel des chiffres fournis par la gauche locale, 160 personnes auraient voté au bureau de Lapalisse lors du premier tour du scrutin des Primaires citoyennes. Rappelons qu'au premier tour de la Primaire de Droite plus de 400 électeurs s'étaient déplacés. Dimanche, au pays de la Radicalie caleuse, seuls 18 électeurs auraient choisi Sylvia Pinel, candidate du PRG, soit 11,25 % du total... Et dire qu'à Vichy ont essaye de faire croire qu'une dynamique locale est en marche autour du candidat De Chabannes pour les prochaines législatives, il y a de quoi rire. 

S. HUG

vendredi 13 janvier 2017

Dernière minute : le flou le plus total règne à Lapalisse

Il y a quelques jours, j'avais attiré votre attention sur le fait que le compte-rendu de la réunion du Conseil communautaire du 1er décembre 2016 comportait une anomalie concernant la procédure de vote sur l'adoption d'un avant-projet de convention de location entre la SCP du Château de La Palice et la Com com. Une première version du compte-rendu, avalisée par le Président de la Communauté de Communes le 05 décembre, avait été mise en ligne. Quelques jours plus tard, suite à l'article paru dans les colonnes de Palicia, une seconde version, retouchée et avalisée le 15 décembre, fut mise en ligne. Voici ces deux versions, comparez par vous-même : 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Les rajouts en disent long sur l'opacité qui règne à Lapalisse... Mais il y a pire, le compte n'y est toujours pas. Certes, il y aurait donc eu, ce fameux soir du 1er décembre, toujours 21 présents et 2 procurations, mais désormais on nous fait part de 15 votants et de 6 abstentions pour seulement cinq identités avancées... Le mystère reste entier ! Il est fort possible que nous en apprenions plus dans une énième version... radicalement différente, comme il se doit au pays de la Radicalie.

S. HUG 

mardi 10 janvier 2017

Le diplôme d'Emilie (1915)

Ce diplôme de mérite décerné pendant la Grande Guerre à Emilie Montaret est un magnifique exemple de propagande patriotique au sein de l'enseignement catholique. Les thématiques des illustrations sont pour le moins parlantes : à gauche, à droite et en bas, sont représentés les symboles des trois armes des forces françaises engagés dans les combats, en haut, les drapeaux des Alliés  (France, Royaume-Uni, Belgique, Italie et Russie) sont rassemblés autour de la Croix. Plus surprenant pour nous, aux quatre coins du diplôme sont reproduites les armes de guerre modernes de l'époque. Emilie Montaret était issue d'une vieille famille bourgeoise de Lapalisse. Son père dirigeait alors une petite fabrique de serrurerie reconvertie dans le cadre de l'effort de guerre dans le tournage d'obus et de munitions. Elle vécut durant toute sa vie dans la maison familiale située au bas de la rue Notre-Dame.

S.HUG 

lundi 2 janvier 2017

Tartarin et Puravet : deux anarchistes du Pays lapalissois

Confrontée à la fois à la crise politique du boulangisme et à la crise morale et financière de Panama, la France des années 1880-1890 subit au même moment les assauts des mouvements anarchistes.
En réaction à cette "Troisième République affairiste", l'anarchiste Auguste Vaillant lança en 1893 une bombe dans l'hémicycle du Palais-Bourbon. L'attentat fit 34 blessés. Quelques mois plus tard, le 24 juin 1894, l'anarchiste italien Caserio assassina à Lyon le président de la République, Sadi Carnot.

C'est dans ce contexte que la Cour d'Assises de l'Allier jugea, lors de sa session d'août 1894, une série d'affaires dans lesquelles les accusés étaient poursuivis pour avoir fait l'apologie de l'assassinat du Président de la République. Parmi ces prévenus, figuraient deux Commentryens particulièrement virulents ainsi que deux Lapalissois Tartarin et Puravet :

Jean-Marie Tartarin est né le 15 novembre 1846 à Droiturier, il est marié et père de trois enfants.

Le 25 juin 1894, dit l'accusation, Tartarin, anarchiste bien connu, se trouvait à Lapalisse et conversant avec diverses personnes dans une boulangerie, il aurait tenu les propos suivants au sujet de l'assassinat du Président Carnot : "C'est bien fait ! il a assez fait couper de têtes, c'est bien son tour!" Quelques instants après, il rencontra dans la rue un sieur Berger et lui dit, en faisant allusion au même événement : "Cette fois il y est, c'est bien son tour, une canaille de moins." Tartarin est redouté dans la commune, il a déjà subi plusieurs condamnations.

Le casier judiciaire de Tartarin portait déjà trois condamnations dont deux pour coups et blessures et une pour bris de clôture.


"Je ne m'occupe pas de politique, déclare l'accusé, je ne professe point les idées anarchistes qu'on me prête, et s'il m'est parfois arrivé de prendre la parole dans des réunions politiques, ce n'a jamais été pour développer ces idées qui, je le répète, ne sont pas les miennes."

Tartarin nia les deux propos relevés contre lui. A la boulangerie Coratte, il se serait exprimé ainsi en parlant de l'assassinat de M. Carnot : "Ma foi, tant pis". Dans la rue, il n'aurait rien dit de ce que rapporte l'acte d'accusation. Etiez-vous ivre ? lui demanda le Procureur de la République. Tartarin répondit qu'il était en proie à une certaine émotion, mais cette émotion lui avait été causée par la nouvelle de l'attentat de Lyon.

On entendit ensuite les témoins, tous de Lapalisse :

M. Coratte, boulanger, lisait en présence de Tartarin et de Mahuet, dans une salle attenante à la boulangerie, salle dont la porte était ouverte, un journal de Lyon, rapportant l'attentat commis contre M. Carnot, lorsque l'accusé s'écria : "C'est bien fait, il a assez fait couper de têtes, c'est bien son tour !" M. Mahuet, menuisier, fit une déposition dans laquelle il est précisé que l'accusé aurait dit : "C'était sans doute son tour, il en a assez laissé tuer d'autres !"


La femme Pétin, qui était présente à la lecture du journal, n'a pas entendu les paroles imputées à Tartarin, mais elle a entendu celui-ci déclarer qu'il était anarchiste. Mme Coratte déclare qu'à la suite de la lecture du journal, Tartarin s'écrie : "C'était sans doute son tour, il en a assez laissé tuer d'autres !" M. Mahuet, indigné, reprit alors : "Il faudrait que tous les anarchistes soient guillotinés !"
Ce à quoi Tartarin aurait répondu : "J'en suis un !"

Me Blandin présenta ensuite la défense de Tartarin qui fut finalement acquitté.

Le second accusé, Gilbert Puravet, est parent de Tartarin, il est marié et père de deux enfants, il a déjà été condamné à une peine de prison pour vol. Il a habité à Lapalisse où il a fait divers métiers. Depuis le mois de mai dernier, il résidait à Vichy, où il tenait l'emploi de pisteur dans l'un des hôtels de cette station thermale.


Le 25 juin, dans la matinée, il se rendait précisément à Saint-Germain-des-Fossés pour y racoler les voyageurs, lorsque, sur le quai de la gare, il entendit deux voyageurs qui s'entretenaient du meurtre de M. Carnot et exprimaient tout haut la vive indignation que leur causait cet horrible attentat. D'après ces deux voyageurs, l'accusé se serait approché d'eux et aurait ainsi émis son opinion sur le crime : "On l'a tué, c'est bien fait, il n'a que ce qu'il méritait. Et d'ailleurs, il ne valait pas grande monnaie !" En entendant ce propos, un autre voyageur, qui se trouvait dans un train en partance, descendit de son compartiment et alla dénoncer Puravet au gendarme de service qui l'arrêta séance tenante.


L'accusé soutint qu'il n'a point prononcé les paroles qu'on lui reproche. Je n'approuve pas l'assassinat de M. Carnot, déclara-t-il. J'en éprouve, au contraire, un grand regret.

On entend les témoins :

M. Rousseau, maître d'hôtel, se trouvait avec M. Moinard lorsque l'accusé a fait l'apologie du meurtre de M. Carnot. Il a parfaitement saisi les propos de Puravet qu'il a ainsi apostrophé : "Gredin que vous êtes, quand on pense des paroles de ce genre on ne les prononce pas !" M. Moinard, garçon d'hôtel, confirme en tous points le témoignage de M. Rousseau.
Le gendarme Roghi déposa que ce fut sur une dénonciation portée par un voyageur, dont il n'a pas pu prendre le nom, qu'il a procédé à l'arrestation de l'accusé. L'attitude de ce dernier avait causé une telle indignation dans toute la gare, qu'il fut sur le point d'être écharpé. déjà toutes les cannes se levaient sur sa tête, lorsque le témoin l'entraîna vers la caserne de gendarmerie.

Après le réquisitoire prononcé par M. Beaugrand, procureur de la République et la plaidoirie de Me Blandin, le jury se retira pour délibérer. Il acquitta Puravet.


S. HUG